EURIX GUIDELINES FOR NEGOTIATION AND ESTABLISHING CONSENT

by Felix Ruckert, March 2018

(VERSION FRANCAISE EN BAS / FRENCH VERSION BELOW)

Rope bondage is powerful play with your body and mind. It is much more than just decorative ties and spectacular suspensions. It is a practice that deals symbolically with themes such as torture, abuse, restriction, imprisonment, dependency and loss of control. It can be practiced on a purely technical level, focussing on knots and patterns, form, design and physics. It can be an artistic collaboration aiming for presentation and expression, based on an equal partnership between the person who ties and the person who gets tied. It can have a focus on emotion, connection, trust and relationship. It can also be approached as an erotic practice, where sensual and/or sexual pleasure is the motivation. And it can be practiced as a game of power, a play with dominance and submission, where rope partners engage in a powerful psychodynamic encounter based on pre-established roles of dominant and submissive.

All these forms are welcome at EURIX and can be practiced without restriction, as long as the basic principles of “safe, sane and consensual” or “R.A.C.K. – Risk Aware Consensual Kink” are respected. We, the organizers, consider EURIX a sex positive space where BDSM play and sexual activities between consenting adults are permitted and embraced. In the long run, we wish to develop rope bondage as an art form and, in our view, this is only possible with the freedom to experiment with power relations, sexuality, extreme emotions and intense sensations as well.

As a newcomer to the event, it is therefore crucial to be aware of the powerful dynamics such a space invites and the potential dangers – both physical and emotional – it can generate. If you are actively participating in EURIX as a rigger or model, it is essential to be crystal clear in your intentions and motivations before you enter into a rope scene, especially if you are playing with a person you do not know. The questions “Would you like to tie me?” or “Can I tie you?” can mean many different things.

 

Questions to ask yourself before a scene (rope bottom):

Are you looking for a technical, sensorial, emotional, sensual or sexual experience? What are your boundaries with this specific rope top? Are you looking for physical exertion or comfort? Are you interested in positively connoted emotions such as care, attention, reassurance and worship? Are you interested in experiencing pain, fear, sadness, shame or other negatively connoted emotions? Do you want a nice image where you look cool in ropes? Do you want to experience the expertise of someone with a professional reputation? Are you aware that every session is unique? That if you get tied it might look and feel very different from scenes you have observed from the outside? That a rigger you have seen tying in a specific way, might act very differently when tying you? That the course and length of your session strongly depends on your personal fitness, pain resistance, flexibility and rope bottom skills? That also very experienced riggers cannot always do miracles?

Questions to ask yourself before a scene (rope top):

Do you want to practice your technical knowledge or try out new ties? Do you want to create a spectacular situation or beautiful image? Do you want to challenge, stimulate or arouse your partner? Are you looking for an emotional or sensual experience? Are you interested in sexual activities with your partner? Are they aware of that? Have you asked yourself if your partner is interested in sexual activities with you? Do you want to play with power and submit your partner to your will? Do you want to act sadistically? Do you want to impress and demonstrate your skills? Do you want to seduce?

Are you technically able to end a scene immediately? Do you have the technical knowledge (Central carabiner/ Assisted Drop/ Pulley system/ Cutting the rope) to take your partner down from a suspension in less then 10 seconds? (If you don’t, don’t suspend.)

Questions for both rope top and rope bottom before a scene:

Are you aware that – as long as negotiated boundaries are respected – you are both responsible for the positive outcome of a rope scene? Do you understand there is nothing to prove? Do you know the difference between a consent accident and a consent violation? Are you aware that you must inform your rope partner of physical weaknesses, injuries or other handicaps (drug or alcohol consumption before scene, specific fears and triggers), before you start the session?

To establish meaningful and satisfying scenes we advocate a double strategy of BEFORE-SCENE NEGOTIATION and DURING-SCENE NEGOTIATION. If you know your intentions, motives and wishes and can clearly communicate and honestly negotiate them before and during the scene, you have a good chance of creating a beautiful experience for both of you.

 

The principle of BEFORE-SCENE NEGOTIATION:

If you are clear about your answers to the questions above, then please have the courage to express your wishes and intentions before engaging in a scene. Courage, clarity and honesty are noble qualities, and the more clearly you define your boundaries, the more easily they can be respected. You can negotiate as long as you wish, until you feel ready for the session.

Of course, it is often impossible to answer all these questions before a session. Maybe you want to find out what you like with this partner. Maybe you are too shy or inhibited to practice clarity and honesty. Maybe you want to be surprised. If you enter in a session without BEFORE-SCENE NEGOTIATION, your responsibility for the positive outcome increases and you have to be sure of being able to engage in DURING-SCENE NEGOTIATION.

If you are more experienced with rope bondage than your partner, and especially when tying with a newbie, it is your duty to bring up the question of consent, to point out the different forms of negotiation and to explain the function and use of safe words and other exit strategies.

 

3 MINUTE TRY OUT SESSIONS

If you are tying with someone for the very first time and do not wish to engage in a long negotiation before the scene, we recommend a very short try out rope session of about three minutes.

For such a short session, the rope top must agree to:

Absolutely NO touching of body openings (mouth, eyes, nose, ears, anus, genitals), NO gags or blindfolds, NO crotch ropes, and NO breath play or ropes around the neck. NO other toys or tools, except the rope and your hands. NO suspension.

If your partner is not familiar with this 3 MINUTE TRY OUT SESSION formula and the restrictions it implies, it’s your responsibility to inform them about it.

After such a three-minute session, you are usually much more clear about what you want and do not want from this partner. It gives you the chance to feel into it, decide if you really feel comfortable with that person or not, and if you want more. You can then enter more specific negotiations, expressing what elements you would like to add, and decide on a second session with a longer time frame.

 

The principle of DURING-SCENE NEGOTATION

VERY IMPORTANT: Having done BEFORE-SCENE NEGOTIATION does not free you from engaging in DURING-SCENE NEGOTIATION as well. We always recommend this as a double strategy. The reason is the particular dynamic every single rope session develops: Words are tricky and sometimes what you express in negotiation can be misunderstood, misinterpreted, or simply forgotten. What you expect to feel in a certain way, might feel totally different. What you enjoy with one person might not work at all with a different partner. Your boundaries may shift and your wishes might change during a session. You might suddenly like what you usually hate, and hate what you usually like. It is obvious, but still not always clear: The frame you establish in a BEFORE-SCENE NEGOTIATION is not a script or program that you have to follow, and does not represent any kind of obligation. You are entitled to change your mind and to alter, adapt or simply end your scene, at absolutely any time.

BEFORE-SCENE NEGOTIATION does not guarantee a good scene and can even be a trap. It takes away an – ultimately desirable – element of surprise and might undermine the feeling of “loss of control” that some rope bottoms look for. That is why in some situations, experienced riggers or models might opt for DURING-SCENE NEGOTIATION only. In this case, at least the issue of relevant injuries and physical restrictions should be discussed before the scene. And there should, absolutely, also be a short declaration such as:

Rope bottom: “I give you permission to tie me and play with my body, following your intuition. I trust that you will listen when I express my boundaries and that you will respect them at all times.”

Rope top: “I thank you for the permission and trust that you will clearly express your needs and boundaries at all times, and I assure you that I will respect them.”

Nevertheless, there is a fundamental difference between BEFORE-SCENE NEGOTIATION and DURING-SCENE NEGOTIATION:

With BEFORE-SCENE NEGOTIATION you have established consent and a frame for the session, and clearly specified restrictions and boundaries. Every action outside that frame and every step over a boundary would therefore be considered as consent violation. Unintentionally or accidentally stepping over boundaries would be considered a consent accident.

If you only use DURING-SCENE NEGOTIATION, the situation is different: The session is based on intuition, sensitivity and the principle of trial and error. This demands very good communication skills, as it means a boundary may be approached, or even sometimes crossed, in the process of locating it. Be aware that if there no clear boundary is negotiated, if consent has not been established before the scene, and if no safe word has been agreed on, there can be no consent violation, only accidents because of an absence of consent. Be aware that both partners carry responsibility for such accidents.

Of course, common law is still valid: Any restriction or torture of a person against their will is a criminal act.

This means that if you are the top in a rope scene you are already in a legally precarious situation. If your rope bottom expresses any discomfort or resistance against your actions and if you nevertheless insist and keep going with what you do, then you clearly violate their consent. Even if that consent was as minimal as “OK, you can tie me.”

Of course this does not apply if the rope bottom wishes to play with resistance and enjoys being overwhelmed and forced. In that case this wish must be expressed before the scene and establishing a safe word is crucial.

 

DURING-SCENE NEGOTIATION for the rope top:

In an open rather than precisely negotiated session, the rope top is invited to be creative, experiment and use different techniques, tools and attitudes, as long they are introduced slowly and progressively. (If, for example, you feel the impulse to spank your partner, first give a very, very light slap and observe their reaction, before proceeding to more intense impacts.) Be aware that when you shift the field of action, special attention to your partner’s approval is a must. From the necessary body contact involved in tying, to touching without technical necessity, is a big shift. From practical manipulation to physical stimulation of any kind is a big shift. Shifting from sensual to sexual intention is a huge shift. When you shift into a new form of interaction you must listen carefully to the rope bottom’s physical and verbal responses, and try to understand if they indicate approval or rejection. If in doubt, you must ask for verbal feedback or use a nonverbal communication technique.

If you suspend, always check your hanging point for stability first.

Also check in after a scene, to see if your bottom still needs anything. Check a day later that your partner is still happy about the experience.

 

DURING-SCENE NEGOTIATION for the rope bottom:

Remember that you are always responsible for keeping the experience healthy and valuable. Always be aware of how you feel physically, emotionally and mentally in any given moment and feel free to express yourself about your condition, emotions and sensations. Keep in mind: If it feels good, keep going, if it doesn’t feel good, stop immediately. If you don’t know if it feels good or bad, if you are confused or unsure, stop as well. You can always give it another try later. Better to end ten sessions too early than one too late.

During a scene, you can also always introduce a safe word, or use the colour code (saying “green” means “keep going”; “orange” means “slow down, you are approaching a limit”; “red” means “stop immediately”). You can ask your rigger to press your hands at regular intervals to check in; you will respond immediately: pressing back twice means “all fine”; pressing back once means “talk to me, there is a problem”, not pressing back means “end the scene immediately and bring me back to communication”.

When in suspension, regularly check your fingers still function to prevent nerve damage. Also be aware that in order to bring you to a more comfortable position, an even more painful transition is sometimes needed.

Check the hanging point yourself.

 

If a session goes wrong it is usually because of erroneous assumptions, false expectations and poor communication before, during and after the session. Keep in mind that 99% of all rope sessions go well and are rewarding for both rigger and model. We are empathic beings who all look for a mutually pleasant experience. Enjoy!

 

NOTE: This is a “copyleft” text.

Copyleft (a play on the word copyright) is the practice of offering people the right to freely distribute copies and modified versions of a work with the stipulation that the same rights be preserved in derivative works down the line.

 Under copyleft, an author may give every person who receives a copy of the work permission to reproduce, adapt, or distribute it, with the accompanying requirement that any resulting copies or adaptations are also bound by the same licensing agreement. ( from Wikipedia)

Nevertheless, if you use or mention my name as the author, I would require you leave the text unchanged.

If you wish to give feedback or suggest changes, please send me an email to felix (  ) felixruckert.de

______________________version francaise___________________________

 

Les lignes directrices d’EURIX pour négocier et établir le consentement

Felix Ruckert, mars 2018

Le bondage par les cordes est un jeu puissant pour le corps et l’esprit. C’est bien plus que des liens seulement décoratifs et des suspensions spectaculaires. C’est une pratique qui a trait symboliquement avec des thèmes tels que la torture, l’abus, la restriction, l’emprisonnement, la dépendance et la perte de contrôle. Cela peut être pratiqué à un niveau purement technique, en se concentrant sur les nœuds et les figures, les formes, le style et la physique. Cela peut être une collaboration artistique ayant pour but la soumission et l’expression, basée sur un partenariat égalitaire entre la personne qui attache et la personne qui est attachée. Cela peut être focalisé sur l’émotion, la connexion, la confiance et la relation. Cela peut aussi être abordé comme une pratique érotique, où le plaisir sensuel et/ou sexuel est la motivation. Et cela peut être pratiqué comme jeu de pouvoir, un divertissement de domination et de soumission, où les partenaires de bondage s’engagent dans une puissante rencontre psycho-dynamique basée sur les rôles préétablis de dominant et de soumis.

Toutes ces formes sont les bienvenues à EURIX et peuvent être pratiquées sans restriction, à partir du moment où les principes de base du “en sécurité, sain et consensuel“ ou du “P.C.C.R. – Pervers Consensuel Conscient du Risque“ (“R.A.C.K. – Risk Aware Consensual Kink“) sont respectés. Nous, les organisateurs, considérons EURIX comme un lieu de sexe positif où les pratiques BDSM et les activités entre adultes consentants sont permises et chaleureusement acceptées. Sur le long terme, nous voudrions développer la pratique du bondage comme une forme d’art et, de notre point de vue, cela n’est possible qu’avec la liberté d’expérimenter les relations de pouvoir, la sexualité, les émotions extrêmes, aussi bien que les sensations intenses.

En tant que nouveau-venu à la pratique, il est par conséquent crucial d’être conscient de la puissante dynamique qu’un espace comme celui-ci crée, et des dangers potentiels – aussi bien physiques qu’émotionnels – que cela induit. Si vous participez activement à EURIX en tant qu’encordeur ou modèle, il est essentiel d’être parfaitement clair sur vos intentions et vos motivations avant de commencer une séance de bondage, particulièrement si vous jouez avec quelqu’un que vous ne connaissez pas. Les questions “Voudriez-vous m’attacher ? “ ou “Puis-je vous attacher ? “ peuvent avoir plusieurs significations différentes.

Questions à vous poser à vous-même avant de commencer (soumis/e) :

Recherchez-vous une expérience technique, sensorielle, émotionnelle, sensuelle ou sexuelle ? Quelles sont vos limites avec ce dominant précis ?
Êtes-vous en attente d’efforts physiques ou de confort ?
Êtes-vous intéressé par des émotions à connotation positives comme le soin, les attentions, le réconfort et la dévotion ?
Êtes-vous intéressé par le ressenti de la douleur, de la crainte, de la tristesse, de la honte ou d’autres émotions à connotation négative ?
Voulez-vous une belle scène où vous avez l’air cool dans les cordes ?
Voulez-vous expérimenter les compétences de quelqu’un de réputation professionnelle ?
Êtes-vous conscient que chaque session est unique ?
Que si vous êtes attaché cela peut s’avérer être un résultat et un ressenti très différents de ce que vous aviez pu observer en regardant d’autres sessions ?
Qu’un encordeur que vous aviez vu attacher d’une manière particulière peut agir très différemment en vous attachant ?
Que l’orientation et la longueur de votre session dépend fortement de votre propre forme, de votre résistance à la douleur, de votre souplesse, et de votre expérience de soumis.
Que même les encordeurs très expérimentés ne peuvent pas toujours faire de miracles ?

Questions à vous poser à vous-même avant de commencer (dominant/e)

Voulez-vous pratiquer votre connaissance technique ou essayer de nouvelles attaches ?
Voulez-vous créer une situation spectaculaire ou une belle scène ?
Voulez-vous mettre au défit votre partenaire, le stimuler ou l’exciter ?
Recherchez-vous une expérience émotionnelle ou sensuelle ?
Êtes-vous intéressé par une relation sexuelle avec votre partenaire ?
En est-il conscient ?
Est-ce que vous vous êtes demandé si votre partenaire est intéressé par avoir une relation sexuelle avec vous ?
Voulez-vous faire usage de pouvoir et soumettre votre partenaire à votre volonté ?
Voulez-vous agir avec sadisme ?
Voulez-vous impressionner et faire la démonstration de votre habileté ?
Voulez-vous séduire ?

Êtes-vous capable techniquement de mettre un terme à une scène sans délai ?
Avez-vous les connaissances techniques (mousqueton central / relâche assistée / système de poulie / coupe de la corde) pour faire redescendre votre partenaire d’une suspension en moins de 10 secondes ? (si vous ne les avez pas, ne suspendez pas)

Questions pour les deux dominant et soumis avant une scène :

Êtes-vous conscients que – pour autant que les limites préétablies aient été respectées – vous êtes tous les deux responsables de l’issue positive de la scène de bondage ?
Comprenez-vous qu’il n’y a rien à prouver ?
Faites-vous la différence entre un incident de consentement et une violation du consentement ?
Êtes-vous conscients que vous devez avertir votre partenaire de bondage de toute faiblesse physique, blessure ou autre handicap (consommation de drogue ou d’alcool avant la scène, crainte particulière et sensibilité personnelle), avant de commencer la session ?

Pour établir des scènes qui aient du sens et qui soient satisfaisantes nous préconisons une double stratégie de NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE et NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE. Si vous connaissez vos intentions, vos motivations et vos souhaits et que vous pouvez clairement les communiquer et honnêtement les négocier avant et pendant la scène, vous aurez une bonne possibilité de créer une expérience magnifique pour vous deux.

Le principe de la NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE :

Si vous êtes au clair avec les réponses des questions précitées, alors ayez s’il vous plait le courage d’exprimer vos souhaits et vos intentions avant de commencer la scène. Le courage, la clarté et l’honnêteté sont de nobles qualités, et le plus clairement vous définissez vos limites le plus facilement elles seront respectées. Vous pouvez négocier aussi longtemps que vous le voulez, jusqu’à ce que vous vous sentiez prêts pour la session.

Bien sûr, il est souvent impossible de répondre à toutes ces questions avant une session. Peut-être que vous voulez découvrir ce que vous aimez avec votre partenaire. Peut-être que vous êtes trop timide ou inhibé pour autant de clarté et d’honnêteté. Peut-être que vous voulez être surpris. Si vous commencez une session sans la NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE, votre responsabilité dans l’obtention d’une issue positive augmente et vous devez être sûr d’être capable d’engager la phase de NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE.

Si vous êtes plus expérimenté que votre partenaire dans la pratique du bondage, et particulièrement si vous pratiquez avec un débutant, il est de votre devoir d’amener la question du consentement, de présenter les différentes formes de négociation et d’expliquer la fonction et l’usage des codes de sécurité (safe words) et autres plans de secours.

SESSION D’ESSAI DE 3 MINUTES

Si vous pratiquez les cordes avec quelqu’un pour la toute première fois et que vous ne voulez pas vous engager dans un long processus de négociation avant la scène, nous vous recommandons de faire appel à une très courte session d’essai d’environ trois minutes.

Pour une telle session, le dominant doit accepter de ne procéder à :

Absolument AUCUN contact avec les parties du corps ouvertes (bouche, yeux, nez, oreilles, anus, parties génitales), AUCUN baillons ou bandeaux, AUCUNE corde dans l’entrejambe, et AUCUN jeu d’asphyxie ou corde autour du cou. AUCUN autre jouet ou outil, à l’exception de la corde et des mains. AUCUNE suspension.

Si votre partenaire n’est pas familier avec cette formule de SESSION D’ESSAI DE 3 MINUTES et des restrictions qu’elle implique, c’est votre responsabilité de l’en informer.

Après une telle session de trois minutes, vous êtes habituellement plus au clair sur ce que vous voulez et ne voulez pas de ce partenaire. Cela vous permet de ressentir, décider si vous vous sentez vraiment à l’aise avec cette personne ou pas, et si vous en voulez plus. Vous pouvez alors commencer des négociations plus précises, en exprimant ce que vous voudriez ajouter, et décider d’une seconde session qui durerait plus longtemps.

Le principe de la NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE

TRÉS IMPORTANT : Le fait d’avoir procédé à la NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE ne vous dispense pas de procéder également à la NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE. Nous recommandons toujours cela comme une stratégie double. La raison en est que chaque session de bondage développe une dynamique particulière : les mots sont compliqués et parfois ce que vous exprimez en négociation peut être mal compris, mal interprété, ou tout simplement oublié. Ce que vous vous attendiez à ressentir d’une certaine façon, peut se révéler être complètement différent. Ce que vous aviez apprécié avec une personne peut ne pas fonctionner du tout avec un partenaire différent. Vos limites peuvent se modifier et vos souhaits peuvent changer pendant la session. Vous pouvez soudainement aimer ce que vous détestiez habituellement, et détester ce qui vous plait d’habitude. C’est évident, mais ce n’est pas toujours clair : le cadre que vous avez établi pendant la NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE n’est pas un scénario ou un programme que vous devez suivre, et ne représente en rien une quelconque obligation. Vous êtes habilité à changer d’avis, adapter votre scène ou tout simplement y mettre un terme, à n’importe quel moment.

La NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE ne garantie pas une bonne session et peut même se révéler être un piège. Cela enlève un – ultimement désirable – effet de surprise et peut saper le sentiment de “perte de contrôle“ que certains soumis recherchent. Voilà pourquoi dans certaines situations, des encordeurs expérimentés ou des soumis expérimentés peuvent opter pour la NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE seulement. Dans ce cas, au minimum les problèmes de blessures particulières et les restrictions physiques devraient être abordés avant la scène. Et il devrait, absolument, y avoir une courte déclaration telle que :

Soumis : “Je vous donne la permission de m’attacher et de jouer avec mon corps, en suivant votre intuition. Je vous fais confiance sur le fait que vous m’écouterez quand j’exprimerai mes limites et que vous les respecterez tout le temps“.

Dominant : “Je vous remercie pour votre permission, je vous fais confiance pour exprimer clairement vos besoins et vos limites à tous moments, et je vous assure que je les respecterai“.

Néanmoins, il y a une différence fondamentale entre la NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE et la NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE :

Avec la NÉGOCIATION AVANT LA SCÉNE vous avez établi un consentement et un cadre pour la session, et clairement précisé les restrictions et les limites. Toute action qui sort de ce cadre et tout franchissement de limite serait alors considéré comme une violation du consentement.
Franchir involontairement ou accidentellement les limites serait considéré comme un incident de consentement.

Si vous procédez uniquement à la NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE, la situation est différente : la session est basée sur l’intuition, la sensibilité et le principe d’essai-erreur. Cela demande une très bonne aisance de communication, car cela veut dire qu’une limite peut être approchée, et même parfois franchie, alors qu’il s’agissait d’abord de la trouver. Soyez conscient que si aucune limite n’a été clairement négociée, si le consentement n’a pas été donné avant la scène, et si aucun code de sécurité (safe word) n’a été validé, il ne peut y avoir de violation du consentement, seulement des incidents à cause de l’absence de consentement. Soyez conscient que les deux partenaires portent la responsabilité de tels incidents.

Bien sûr, le droit s’applique toujours : Toute restriction ou torture infligée à une personne contre son gré est un acte criminel.

Cela veut dire que si vous êtes dominant dans une session de bondage vous êtes déjà dans une situation judiciaire précaire. Si votre soumis exprime un inconfort ou une résistance contre vos actions et que vous insistez néanmoins et poursuivez ce que vous faites, alors vous violez clairement son consentement. Même si ce consentement était un élémentaire “Ok, vous pouvez m’attacher“.

Bien sûr cela ne s’applique pas si le soumis désire jouer la résistance et apprécie d’être accablé et forcé. Dans ce cas cela doit être exprimé avant la scène et établir un code de sécurité (safe word) est capital.

NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE pour le dominant :

Pendant une session qui se veut plus ouverte que négociée avec précision, le dominant est invité à être créatif, à expérimenter et à faire appel à différentes techniques, outils et comportements, tant qu’ils sont présentés lentement et progressivement. (Par exemple, si vous ressentez l’envie de donner la fessée à votre partenaire, donnez d’abord une très, très légère tape et observez sa réaction, avant de passer à des coups plus appuyés.) Soyez conscient que lorsque vous changez de procédé, il est impératif de veiller à l’approbation de votre partenaire. Passer d’un contact tactile nécessaire au ligotage, à un contact qui n’a pas lieu d’être techniquement, est un grand changement. Passer d’une intention sensuelle à une intention sexuelle est un changement colossal. Quand vous passez à une nouvelle forme d’interaction vous devez écouter soigneusement les réponses physiques et verbales de votre soumis, et vous devez essayer de comprendre si elles indiquent l’approbation ou le refus. Si vous avez un doute, vous devez demander un retour d’information verbal ou utiliser une technique de communication non-verbale.

Si vous procédez à une suspension, vérifiez toujours en premier la stabilité de votre point d’accroche.

De même, vérifiez après la scène si votre soumis a besoin de quelque chose. Vérifiez auprès de lui qu’il est toujours satisfait de l’expérience après quelques jours.

NÉGOCIATION PENDANT LA SCÉNE pour le soumis :

Rappelez-vous que vous êtes toujours responsable du maintien de l’aspect sain et précieux de l’expérience. Soyez toujours conscient à tout moment de comment vous vous sentez physiquement, émotionnellement et mentalement et n’hésitez pas à vous exprimer sur votre état, vos émotions et vos sensations. Rappelez-vous : si c’est agréable, on continue, si ce n’est pas agréable, on arrête immédiatement. Si vous ne savez pas si c’est agréable ou pas, si vous êtes confus ou inquiet, on arrête également. Vous pourrez toujours faire un nouvel essai plus tard. Il vaut mieux mettre un terme à dix sessions trop tôt plutôt qu’une seule trop tard.

Pendant une scène, vous pouvez toujours amener un code de sécurité (safe word), ou utiliser le code couleur (en disant “vert“ signifie “on continue“ ; “orange“ signifie “plus doucement, on approche de la limite“ ; “rouge“ signifie “on arrête immédiatement“). Vous pouvez demander à votre encordeur de vérifier à intervalles réguliers en vous prenant la main ; vous répondrez immédiatement : une double pression de la main signifie “tout va bien“ ; une seule pression en réponse signifie “on doit parler, il y a un problème“ ; aucune réponse en retour signifie “on arrête la scène immédiatement et on rétablie une communication normale“.

Si vous êtes suspendu, vérifiez régulièrement que vos doigts sont toujours mobiles pour éviter la blessure d’un nerf. Soyez également conscient que pour vous amener dans une position plus confortable, une position transitoire encore plus douloureuse est parfois nécessaire.

Vérifiez le point d’accroche par vous-même.

Si une session se passe mal c’est généralement à cause de supposition erronées, fausses attentes et mauvaise communication avant, pendant et après la session. Gardez à l’esprit que 99% des sessions de bondage se passent bien et sont à la fois gratifiantes pour l’encordeur et le modèle. Nous sommes des êtres empathiques et nous aspirons tous à une expérience mutuellement plaisante. Amusez-vous !

– – – – – –

Note : ce texte est un “Copyleft“.

Wikipédia :

« Le copyleft , parfois traduit comme gauche d’auteur, est l’autorisation donnée par l’auteur d’un travail soumis au droit d’auteur (œuvre d’art, texte, programme informatique ou autre) d’utiliser, d’étudier, de modifier et de diffuser son œuvre, dans la mesure où cette même autorisation reste préservée.
L’auteur refuse donc que l’évolution possible de son travail soit accompagnée d’une restriction du droit à la copie, à l’étude, ou à de nouvelles évolutions. De ce fait, le contributeur apportant une modification (correction, ajout, réutilisation, etc.) est contraint de redistribuer ses propres contributions avec les mêmes libertés que l’original. Autrement dit, les nouvelles créations réalisées à partir d’œuvres sous copyleft héritent de fait de ce statut de copyleft : ainsi, ce type de licence permet un partage de la création ou de la connaissance, comme bien commun, qui permet aux œuvres culturelles d’être développées librement. »

Néanmoins, si vous mentionnez mon nom comme l’auteur du texte, je demande à ce que le texte reste inchangé.

Si vous souhaitez envoyer un feedback ou suggérer des changements, envoyez-moi s’il vous plait un mail, à felix (at) felixruckert.de

Traduit de l’anglais par Damien Luciani